Consell Comarcal del Baix Empordà Accés ràpid a les àrees del Consell Comarcal
   
Català Castellano English Deutsche Deutsche
Situation géographique Territoire et ressources Tourisme actif Culture Gastronomie Hébergement Agenda d'activités Recommandations Publications Qualité
Les contrebandiers et les chemins de ronde
Camí de Ronda

 La contrebande est une activité qui a été étroitement liée à notre région pour deux raisons évidentes : l’accès à la mer et la proximité de la frontière.  Les crises successives firent en sorte que la contrebande augmenta jusqu’au moment où les entrepreneurs, qui voyaient leurs affaires diminuer, décidèrent d’intervenir et où le gouvernement promulgua en 1904 la Loi de la contrebande et de la fraude publique. Cette loi ne parvint toutefois pas à réduire le volume de contrebande et, la Première Guerre Mondiale aidant, bon nombre de ces entrepreneurs adoptèrent la pratique de la contrebande qui serait appelée plus tard estraperlo du nom d’une fraude réalisée avec des machines du même nom.   La suppression des frontières suite à la création d’un marché unique justifie le fait que notre région n’occupe plus une position importante dans le milieu de la contrebande qui, par ailleurs, s’est concentrée dans le sud de la Péninsule, principalement en raison de l’origine de sa production. Ceci dit, les pêcheurs de nos côtes et la Garde Civile continuent d’intercepter des chargements qui transitent par notre région en empruntant les voies maritimes ou terrestres. 

Les chemins de ronde

 De façon générale, la contrebande pratiquée dans le Baix Empordà était une activité maritime. Jusqu’à la moitié du XXe siècle, cette activité a été poursuivie sur la terre ferme étant donné que le gouvernement ne possédait pas l’infrastructure adéquate pour le faire en mer. Ceci explique que les chemins de ronde revêtaient une importance capitale, car ils permettaient aux uns de prendre la fuite et aux autres de les poursuivre.   Il s’agit de sentiers qui sillonnent notre côte et qui étaient utilisés, à l’origine, par des soldats qui montaient la garde entre les fortifications afin d’échapper ou de prévenir du danger. Bien connus des autochtones, les chemins de ronde furent le principal champ de bataille entre les contrebandiers et les gardes qui les poursuivaient : les uns les utilisaient pour s’enfuir et les autres pour surveiller et pour attraper les hors-la-loi. Ces chemins étaient également utilisés par les habitants du village, par les éleveurs, par les charretiers et par ceux qui déplaçaient la production.   L’amélioration du réseau routier et la généralisation de l’automobile provoquèrent l’abandon des chemins de ronde qui, par ailleurs, durent subir les conséquences du boom urbanistique.  Ces sentiers du littoral font l’objet d’une tentative de récupération depuis quelques années. A cet égard, plusieurs villes du Baix Empordà ont déjà réhabiliter un tronçon important de ces derniers. Les chemins de ronde sont situés à des endroits où la terre se fond avec la mer, ce qui en fait des sites de promenade très agréables et d’une beauté extraordinaire, étant donné qu’ils permettent d’accéder à des lieux tout à fait vierges dans le plus grand respect de la nature. 


> Les pirates et les corsaires > Les indians ou americanos > Les contrebandiers et les chemins de... > Le monde des bouchonniers > Les extravagantes années cinquante à... > Le petit train > + informació (fr)
rutes GPS Baix Empordà
Activitats
Més informació


Consell Comarcal del Baix Empordà
C/Tarongers, 12 · Tel. 972 642 310 · 17100 La Bisbal d'Empordà · turisme@baixemporda.cat - Google+
© 2006-2007 Consell Comarcal del Baix Empordà
disseny web comunicatek
Aquesta acció està subvencionada pel Servei Públic d’Ocupació de Catalunya en el marc dels Programes de suport al desenvolupament local